Kenya

Contexte local
Au Kenya, les sécheresses, les conflits (fondés sur les ressources, les politiques et le terrorisme), les épidémies de maladies (humaines et animales) et les inondations sont la principale cause de décès, de destruction de biens et de déplacements. Les régions les plus touchées sont les régions du Nord et de l'Est du pays. Les pastoralistes, les agro-éleveurs et les agriculteurs de subsistance qui vivent dans les régions arides (à peu près la partie supérieure de 70 % du pays) sont très vulnérables aux sécheresses prolongées et aux inondations causées par la pluie. Pendant les sécheresses, les éleveurs sont souvent obligés de migrer vers des pâturages très éloignés de leur pays d'origine. L'accaparement des terres dans les zones pastorales est une préoccupation croissante et se produit souvent avec le consentement du gouvernement.

Le blocage des itinéraires de migration pastorale réduit considérablement la mobilité et rend les pasteurs encore plus vulnérables. Les zones côtières, la région de Kisumu et une partie des terres arides et semi-arides (ASAL) sont particulièrement sujettes aux inondations saisonnières. De fortes pluies et des inondations augmentent également le risque d'épidémies telles que la diarrhée et le choléra.

Les conflits au Kenya sont étroitement ethniques et plus prononcés lors des élections et des épisodes de sécheresse. Les élections et les tensions/exclusions politiques sont des déclencheurs majeurs d'incidents violents et de conflits armés. Des raids de bétail et des conflits sur les ressources se produisent dans le nord du Kenya qui est déjà sujet à la sécheresse. Ils ont tendance à être plus graves pendant les périodes de sécheresse. Les razzias de bétail, cependant, semblent être plus violentes et fréquentes pendant et au début des saisons humides.

Le programme
Pour renforcer la résilience de la communauté, Cordaid, la Croix-Rouge néerlandaise, le Centre d’étude sur les changements climatiques et les catastrophes de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge et Wetlands International, avec le soutien du Ministère néerlandais des Affaires étrangères, travaillent ensemble pour promouvoir l'approche de gestion intégrée des risques (GIR) pour renforcer et protéger les moyens de subsistance des communautés vulnérables au Kenya.

PdR se concentre principalement sur les dangers naturels liés au climat, dont les causes sous-jacentes et le potentiel de catastrophes résultent en grande partie des processus induits par l'homme. En mettant l'accent sur les groupes et les femmes marginalisés par l'engagement multipartite PdR Kenya vise à promouvoir un environnement juridique et financier propice qui assure une répartition équitable des ressources à tous les membres de la société. PdR place les organisations de la société civile (OSC) au centre, en renforçant leur capacité à dialoguer sur la GIR au profit des communautés les plus vulnérables.

Les principaux objectifs de l'alliance sont de garantir que les gouvernements nationaux, les administrations des comtés, les donateurs et le secteur privé reconnaissent l'importance d'appliquer la GIR dans leurs politiques, plans et programmes. Le projet s'associe également à des investisseurs privés pour améliorer le dépistage des risques dans les investissements majeurs. Le Kenya est également bénéficiaire du financement pour le climat. PdR travaillera donc en étroite collaboration avec les dépositaires des finances climatiques afin de garantir que les communautés les plus vulnérables ont accès à ces fonds. Enfin, PdR Kenya promeut les approches de GIR dans les politiques, les plans et les stratégies de gestion des risques de catastrophe au niveau régional, national et de comté.

Case-studies from PfR Kenya 2011-2015

Where we work